Rigasite

Accueil > Editos > Noam Chomsky : interviews sur les médias

Noam Chomsky : interviews sur les médias

lundi 12 décembre 2005, par rigas

Quelques idées exprimées par Noam Chomsky, sur une émission radio indépendante américaine. Remarquable.

Je transcrit ici certaines de ses idées, mais ne respecte pas la lettre exacte de l’interview que vous pouvez écouter directement. [1]

Chomsky dénonce l’importance prise par la publicité dans les médias. Ses idées sont tout à fait contre intuitives.

Il y a beaucoup de pub car il n’y a pas de marché. Si vous aviez un véritable marché, vous n’auriez pas besoin de la pub. Il vous suffirait de diffuser des informations sur les produits.

Quelques symptômes :

à la télévision on parle de deux choses : Content (le contenu) and Fill (le remplissage). Content est la pub, Fill est l’info. La créativité et imagination vont à la publicité, pas aux informations.

Au New York Times, on met en page d’abord les publicités, et on laisse un « News Hole » qui contiendra les infos.

On montre Bush faire des fautes d’orthographe c’est pour montrer qu’il fait des fautes comme tout à chacun. Il est sûrement formé à montrer qu’il sait faire des fautes d’orthographes.

La jeune journaliste demande : Quelle alternative existe-t-il à cet état des choses où il y a une domination des grandes entreprises et de la publicité ?
Réponse : Une presse libre, qu n’a pas besoin de faire de la pub pour assurer ses revenus.

Les campagnes politiques sont aussi modelée sur le même principe de la publicité : il s’agit créer des images des candidats qui se diluent dans la masse, comme dans le cas de la publicité pour un pâte dentifrice. Seuls 10% des votants connaissent les candidats et leur programme. De la même manière qu’un utilisateur moyen ne connaît pas le contenu de la pâte dentifrice.

On confond deux questions : Que font les medias et quel est l’effet sur le public ? Ce que font les médias est assez bien étudié. Ce n’est pas le cas de l’effet des médias qui est peu étudié.

L’indoctrination marche mieux avec des gens plus instruits que chez des gens moins instruits qui sont toujours plus sceptiques.

Cette idée que l’indoctrination est plus profonde chez les gens instruits au point qu’il ne s’en rendent pas compte, est contenue dans l’introduction de la « ferme des animaux » de Orwell.
 [2]
Contrairement à ce qui se dit, le public est très mécontent et sont attitude est très critique vis-à-vis des médias.

Mais les attitudes publiques ne font pas partie vraiment des intérêts des gouvernants. En Février 2005, une enquête sur les opinions des américains sur le budget fédéral. Très bon miroir des opinions sur les dépenses publiques. La majorité des gens sont en désaccord avec le budget fédéral tel qu’il est présenté. Mais il n’y a eu qu’un seul quotidien qui a fait un article sur ce sujet. [3]

Pourquoi les syndicats sont tellement détestés des entreprises ? C’est un des rares endroits ou les gens peuvent se réunir, réfléchir ensemble. Ces lieux de débat ont diminué aux USA.

Peut-il y avoir des infos sur la guerre en Irak qui ne soient pas comme des articles d’un journal d’école qui se réjouit de son équipe de football ?

Merci Monsieur Chomsky.

Merci à Boing-boing pour l’info.


[1Il s’agit d’une radio indépendante qui produit des émissions par "podcast". La radio s’appelle NoOne’s Listening

[2Lire l’introduction de la « ferme des animaux » de Orwell. Cette introduction n’a pas été publiée, Orwell l’avait lui-même éliminée et a été retrouvée plus tard.

[3L’enquête dont parle Chomsky a disparu du web ! Preuve supplémentaire ? Mais on y trouve le communiqué de presse (au format PDF)qui mentionne l’enquête et ses résultats.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?