Rigasite

Accueil > Science,Technology, Policy > Théorie sur la bonne prospective technologique

Théorie sur la bonne prospective technologique

samedi 4 février 2006, par rigas

Réflexion sur le développement des technologies.

En tant que coordinateur d’un gros projet de recherche sur la science et la technologie, je devrais être sensible aux questions concernant la prospective scientifique et technologique. Ce n’est pas le cas, je l’avoue humblement et je ne trouve aucune excuse pour me justifier. On m’a d’ailleurs invité à participer à des conf et des exercices de ce genre, ce que je refuse très poliment. Ce n’est pas que je trouve cela nul, mais ça m’ennuie profondément quand j’entend des gens m’expliquer ce que va être le monde dans 20 ans ou 30 ans. Et ça m’ennuie encore plus quand il s’agit des tendances technologiques du futur.

Curieusement j’aime bien :
- Jules Vernes et la Science Fiction (j’ai même récemment traduit une courte nouvelle de Cory Doctorow),
- j’aime bien la culture trash -style « boing boing »— des sites des technofondus ou des des technocritiques,
- j’adore les multimédias qui associent lumière et son et les designers super-Ouaahhh du multimédia
- j’aime bien les récits (même parfois auto-glorifiants) —les insight stories— des gens qui ont vécu le développement de technologies, y compris de trucs très très obscurs comme le développement de DBASE, Fox et autres gestionnaires de BDD, ou bien encore Glazman [1] sur les premiers pas de l’Internet en France (y avoir appris qu’une société française aurait pu être l’inventeur du premier browser sur le net bien avant Mosaic m’a scié !.
Mais ne nous emportons pas : c’est de l’histoire... enfin, pas encore, pour le moment c’est de la mémoire), ou l’histoire encore petite de la blogosphère francophone.

A ce propos, je remarque que le monde de l’internet a un avantage extraordinaire sur les ingénieurs chimistes ou les mécaniciens des deux siècles passés et de tous les siècles à venir : il sont sur la toile, savent écrire et leur outil de travail est le même que leur outil d’auto-réflexion. Cette réflexivité —diraient les sociologues des sciences— est assez exceptionnelle dans l’histoire de la technologie.

- Ah j’oubliai, puis juste pour la contradiction, j’aime assez cet exercice un peu étrange et visionnaire, qui s’appelle « 2100 : Le récit d’un siècle ». C’est une sorte de récit imaginaire du siècle qui vient juste de commencer. Le texte est superbement écrit, ce qui change du charabia usuel des ingénieurs de base, J’espère même que mes filles l’utiliseront pour le se marrer un coup quand je serai plus de ce monde. Et je promets de faire une note sur ce bouquin essentiel.

Tout ça pour dire que la bonne prospective technologique c’est celle des gens qui AIMENT la technologie. Qui AIMENT une belle équation, un bel algorithme, qui AIMENT leurs machines, je veux dire l’objet physique, le bruit des moteurs, du ventilateur de l’ordi, le grésillement des connexions, l’odeur d’huile et de camboui du moteur, les volutes de fumée de la loco [2], , les dessins des ingénieurs, les cartes des géographes.

Bref, des personnes qui ne "se font pas du blé" avec la technologie, qui profitent de l’extrême plaisir de donner forme à des objets inédits. Voilà je l’ai énoncé ma théorie.

Bonne nuit !

- Voir EFMN, le réseau d’information européen sur la prospective (foresight en anglais). Où on découvre plus de 460 initiatives de prsopective ! Où va-t-on est décidement une question qui turlupine.


[1je précise ne pas le connaître pesonnellement

[2Photo de la célèbre locomotive à vapeur Pacific 231 G 558 sur ce site : http://perso.wanadoo.fr/serge.passions/rennescaen.htm

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?