Rigasite

Accueil > Editos > Guantanamo : Suicides

Guantanamo : Suicides

mardi 13 juin 2006, par rigas

L’amiral qui dirige le camp de détention de Guantanamo a osé déclarer que les trois suicides de prisonnniers sont "un acte de guerre contre nous" !!! On croit rêver ! Voilà que la mort de trois personnes, détenues, sans respect aucun respect du droit, sans respect des personnes (il suffit de voir les chaînes et les menottes, les uniformes oranges et toutes les mesures destinées à humilier les détenus), deviennent des "actes de guerre".

J’ai dû regarder à deux fois l’info pour y croire, et cela me rappelle que le début des génocides, le début des répressions les plus féroces, le début du racisme institutionnalisé consiste à rabaisser les êtres humains à des animaux, des êtres méprisables. L’amiral machin restera peut-être dans ce grand livre de la honte pour cette déclaration en conférence de presse : "Ils sont astucieux. Ils sont inventifs (...) Ils n’ont que mépris pour la vie, que ce soit la nôtre ou la leur. Je ne crois pas qu’il s’agissait d’un acte de désespoir mais d’un acte (...) de guerre contre nous". Comment se fait-il que cet homme et ses supérieurs hiérarchiques (peu nombreux) ne se rendent même plus compte de l’abomination contenue dans ces mots ?

Je pense l’incompréhension des américains sur le monde qui les entoure (les dirigeants, certes, mais peut-être pas seulement, et c’est là que la bât blesse) devient insupportable car elle provoque -par réaction- une consolidation du rejet de "l’occident". Et elle provoque une sorte d’aveuglement sur la réalité. A voir la façon dont la presse a unanimement salué la mort de El Zarkaoui comme une victoire américaine, c’est oublier qu’il était un ennemi intérieur des Irakiens, pas un ennemi personnel de monsieur Bush. C’est des Irakiens qu’il tuait et que ses successeurs vont continuer à tuer. Pas des soldats américains. Avoir liquidé Zarkaoui ne devrait pas être présenté comme un acte de gloriole personnelle du Président américain mais comme un coup porté à un ennemi d’une partie du peuple irakiens. Mais le seul mot "peuple" semble être devenu un gros mot.

Tout cela n’augure pas d’un futur très brillant.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?