Rigasite

Accueil > Editos > Le vote pour Ségolène Royal : un plébiscite pour la justice

Le vote pour Ségolène Royal : un plébiscite pour la justice

lundi 20 novembre 2006, par rigas

Les résultats des premières primaires socialistes sont la preuve que la PS de 2006 n’est pas celui de Mitterand ni même celui de 2002. Ouf ! Tournons la page. J’ai lu un nombre considérable de messages hargneux sur les sites de journaux et blogs divers et variés, à la Melenchon (mauvais perdant). C’est un effet de l’inattendue prédominance de Ségolène qui en a laissé coi plus d’un.

Le vote socialiste fut un plébiscite

C’est Guillermo (Radical Chic) qui avait écrit que les ségolénistes voulaient un plébiscite. Il avait raison à un détail près : il ne s’agit pas des « ségolénistes » mais de la grande majorité des français de gauche, de ceux qui ne veulent pas de Sarkozy et encore moins d’un face-à-face entre un candidat républicain (quel qu’il soit) contre Le Pen par diversion. Car Le Pen n’a pas changé et son électorat ne s’est ni agrandi ni n’a diminué. Ce n’est pas lui l’arbitre électoral (contrairement à ce que laisse croire le face à face du 21 avril qui est un résultat mécaqnique). Le véritable arbitre c’est l’absence de choix des gens dits de gauche ou même de la droite écoeurée. Le véritable arbitre c’est le peuple français, les citoyens (tatatatan !!! musique dramatique ici) Et il a été beaucoup mené en bateau le peuple français (serait-ce là le petit barque de l’écusson de la ville de Paris ?). Chirac a en effet dévalorisé la fonction d’arbitrage de la Présidence. Il n’a pas constitué un gouvernement d’unité nationale mais il a profité de la bonne aubaine. Il s’est protégé sans penser au mal qu’il faisait à l’institution présidentielle. Je reste très profondément convaincu que le « tous pourris » et l’effritement de la confiance des français vient de là. Ségolène Royal se présente comme une façon de « renouveler » la politique. Et les raisons de ce renouveau ne tiennent pas au contenu de son programme, mais au discours qu’elle tient.

Un plébiscite contre la division

Face à Chirac le président qui a cultivé la division, face à un Sarkozy qui prône le « révolution » de droite (à la Gingrich), ceux qui ne sont pas des gens de droite déclarés, ceux qui chérissent nos institutions républicaines, ceux qui ne supportent plus les provocations permanentes et qui voudraient des candidats qui ne leur fassent pas honte, ceux-là ont voté Ségolène comme la socialiste qui avait le plus de chance de gagner. En regardant les résultats des primaires dans les départements les plus peuplés (ici en PDF) on note que Ségolène Royal c’est toujours plus de 60%. Ce qui me donne espoir. Et même dans certaines sections du PS très DSkistes (comme à Paris dans le 11 ème), Ségolène Royal c’est toujours au moins la moitié des votes. On a aussi beaucoup raillé l’argument du vote utile : en l’occurrence le vote utile coïncide avec une volonté de renouveau de la politique. Et la politique ça passe beaucoup par les mots, par ce qui est dit, par le style.

Au passage les électeurs majoritaires ont envoyé paître les barons du PS ! (ce qui est un gain, pas une perte !). Je note aussi que les « nonistes » de gauche du référendum ont aussi perdu et sont largement minoritaires (à moins que se ne soit que Fabius les ai mal représentés). Les commentaires hargneux sur le manque de compétence ne tiennent pas debout. Ségolène Royal n’a pas moins la stature que DSK. Et DSK ferait un bon ministre ... de l’économie (enfin, sous surveillance tout de même, car il est plus libéral que Mme Royal).

Plébiscite pour un renouveau idéologique

Au-delà des petites phrases, Ségolène Royal s’est constitué un fond de commerce idéologique basé sur des idées différentes de celles que la gauche socialiste manipule en France depuis la seconde internationale et qui sont très courantes en dehors du PS. C’est l’idée de justice sociale que revendiquent haut et fort les ONG et associations de tout poil. On aime ou pas, mais le fait est que cet appel à la justice est un élément essentiel du renouveau idéologique de la gauche. Les juges comme les juges anti-corruption ou le juge Garzón sont portés aux nues par le citoyen lambda (que je suis). Sarko cherche à reprendre à son compte le discours de gauche ; le discours de gauche rebondit alors sur la notion de Justice. Je signale aussi que c’est la soif de justice qui détourne les jeunes des partis politiques. C’est aussi la notion de justice que manipulent de manière éhontée les radicaux islamistes. Dans les pays musulmans c’est l’absence de justice qui a fait le lit des islamistes. Le très beau roman de Al Aswany (L’immeuble Yacoubian) montre que le moteur de la radicalisation de son jeune héro est l’absence de justice. Chez nous, dans le contexte républicain, c’est l’injustice qui provoque les émeutes des banlieues. C’est aussi l’absence de justice qui est la demande la plus forte face à la pression du capital, aux désordres du travail, à la profonde modification de notre rapport au pouvoir. Quand on a comme perspective de travailler en CDD pendant 20 ans avant de se faire un avenir, ce qui le cas de nombreux jeunes d’aujourd’hui, on ne peut pas concevoir de la même façon le rapport au travail, à l’emploi, à l’autorité. C’est aussi l’injustice du traitement des immigrés, des étrangers dans ce pays. Faites la queue à Bobigny pour renouveler un titre de séjour et vous comprendrez exactement de quoi je parle. L’avenir est injuste presque par définition s’il est sans perspectives (c’est le fameux « descenceur » social). Ce que clament de nombreuses personnes qui mettent leur confiance à gauche dans le discours de Ségolène Royal c’est un gouvernement juste où les citoyens s’y retrouvent.

Et je veux espérer plutôt que d’avoir à me morfondre en ayant raison.

MAJ Diverses et variées

Sur le blog de Embruns j’ai trouvé ce commentaire :

Bonjour, Je me permets d’intervenir dans ce débat. Je suis militant à la section de Liévin (vous savez la section à propose de laquelle quelqu’un a écrit "ils votent à midi car à 18h ils sont bourrés"). Dans cette section, il y a beaucoup de veuves de mineurs mort de la silicose et qui sont heureuses d’avoir la possibilité de pouvoir voter socialiste au second tour en mai 2007. Elles ont été humiliées en 2002 pas le grand Mr Jospin. Moi je suis originaire d’un milieu ouvrier et en 2002 j’ai accompagné mes amis licenciés de chez Sollac au premier meeting du grand Mr Jospin qui a refusé de les recevoir. Nous avons été humiliés. Voilà pourquoi je suis heureux today. Et dernier point : si tout se passe comme prévu Le pen ne sera pas au second tour, pas mal pour une conne qui ne sait lire que des fiches cuisine et qui ne sait pas qui va garder ses enfants pendant la campagne électorale.

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?