Rigasite

Accueil > Editos > La gauche dans une semaine

La gauche dans une semaine

samedi 7 avril 2007, par rigas

Irène Delse signale une interview passionnante de Etienne Balibar : « Royal, pour faire échec à la droite » dans Libé

Billet comme on dit d’actualité (j’ai une charge de boulot en ce moment qui m’a laissé peu de temps à la lecture et l’action politique)

Le point le plus important de cette interview me semble être ceci :

« , je ne crois pas qu’une défaite (de la gauche) se solderait pour la gauche par une traversée du désert salvatrice, mais plutôt par une décomposition dont il lui serait difficile de se remettre. » dit Balibar

Il ajoute :

« Le PS c’est perdu d’avance dit Balibar « mais je suis encore plus préoccupé par la « gauche de la gauche », à laquelle j’appartiens par formation intellectuelle et tradition militante. Les chapelles qui la composent se livrent une concurrence consternante qui révèle un électoralisme encore plus fort que chez les partis de gouvernement. Cet émiettement traduit de vrais désarrois devant la difficulté à fédérer des mouvements et des contestations hétérogènes, à concilier l’héritage du socialisme municipal avec la revendication des exclus. Il reflète aussi la perpétuation des clivages entre un gauchisme syndical et un anarchisme culturel post-soixante-huitard. Qu’on me comprenne bien, ces critiques sont aussi des autocritiques. C’est la faiblesse de la « gauche de la gauche » qui risque de faire gagner la droite dure , autant que le désenchantement des ouvriers, des enseignants et des classes moyennes envers le PS. »

http://www.liberation.fr/actualite/politiques/elections2007/245943.FR.php

Si Etienne Balibar a raison, alors on n’est pas sorti de l’auberge. La gauche dans un pays polarisé par la victoire de Sarkozy serait incapable de se reconstituer. En effet, le PS ne s’adresse pas aux précaires ni même aux prolos. « L’extrême gauche » ne s’adresse plus à personne puisqu’elle n’est que le sous-produit des divisions et sous-divisions de la pensée communiste et que celle-ci est morte.

Les « valeurs » dont on nous bassine à longueur de journée ne sont pas un discours de gauche : cela a toujours été un discours de droite de vouloir remplacer le droit par la bonne volonté (les valeurs). Quand je dit (dans des forums hors de ce site) que nous devons haut et fort défendre la démocratie ce n’est pas pour défendre une quelconque valeur mais pou rétablir un état de droit. Je ne vois pas pourquoi tout d’un coup le discours des valeurs deviendrait de « gauche ». Un homme humilié comme Azouz Begag qui n’a aucune analyse politique claire (il suffit de l’entendre parler de son engagement) me semble la démonstration. Le plaisir malsain que prennent les boboblogeurs parisiens à encenser la malhonnêteté intellectuelle de Eric Besson me semble aussi un symptôme de cette vision peu politique des choses.

Voter Bayrou pour des gens qui pensent à gauche juste parce qu’ils n’aiment pas la jupe de Marie-Ségolène est consternant de courte vue. Bayrou-Sarko en second tour serait une façon de ne pas répondre à la crise de la gauche. En effet, on peut penser à une victoire de Bayrou, car la gauche consternée par le duel de second tour opposant deux candidats de droite aurait tout de même voté Bayrou + quelques gens de droite effrayés par le Sarko un peu trop énervé. Le PS aura perdu sa candidate bouée de sauvetage ; la gauche de la gauche aura sombré dans le ridicule. Seule la droite sera victorieuse. Et on aura un pseudo-paysan comme Président.

Cela dit le plus probable en cas de duel Bayrou-Sarko est que Sarko passe. Et on revient à la case départ.

Donc, en dehors de Ségolène Royale je ne vois pas de solution.


UN lien bien utile :

Voter à Gauche

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?