Rigasite

Accueil > Editos > Sarkozy est dangereux, même les belges le disent

Sarkozy est dangereux, même les belges le disent

lundi 16 avril 2007, par rigas

Indignation

Sur un blog sympa et militant d’une française à Madrid, je trouve cette référence à un édito de Joëlle MESKENS dans le Soir de Bruxelles, sous le titre « Oui, Nicolas Sarkozy est dangereux ». Le Soir n’est pas exactement un petit torchon de campagne ou une feuille de chou de trifouillis les oies. C’est très probablement le plus important journal francophone de Belgique et pas tellement à gauche d’habitude. L’éditorialiste est choquée par le déterminisme génétique défendu par notre ex-ministre de l’intérieur. Sarkozy a franchit une ligne rouge, dit-elle. "Ses propos sur le caractère inné de la pédophilie ou de la tendance suicidaire bouleversent tous les principes de l’humanisme. La société ne servirait donc à rien ?".

Elle relève également l’étrange phrase prononcée lors d’un meeting : « La France n’a pas à rougir de son Histoire. Elle n’a pas inventé la solution finale. » Et de poursuivre : "Aurait-il oublié que la France a collaboré ? Que Vichy a livré des Juifs aux nazis ? Jacques Chirac a beaucoup de torts. Mais il a eu ce courage, lui, de reconnaître la responsabilité de l’Etat français pour la collaboration."

Ce qui choque l’éditorialiste -et c’est là-dessus que je voudrais insister- est cette Lepénisation de la pensée politique de la droite. Sarko est devenu avec sa campagne "à droite toute" une sorte de parangon de l’extrême droite. On peut y voir une capitulation ; les Le Pen y verront une justification à leur constants coups de butoirs. J’y vois surtout un repli vers le coeur idéologique de la droite la plus radicale celle qui a du mal à prendre en compte sérieusement les institutions de la république, cette droite revancharde et hargneuse qui gère ses municipalités pas de la manière la plus élégante. Chirac à la veille de sa retraite s’est certainement détaché de ce coeur idéologique : il s’est dit qu’il devait laisser une marque, se laver de tant de négligence et de trahisons et permettre à la France d’accepter son histoire. Sarkozy n’en est pas là.

Les amitiés dangereuses

Sarkozy est dangereux pour bien d’autres raisons qui se reflètent dans ses amitiés. Les médias ont tenté de mettre en avant la figure emblématique de Simone Veil qui malgré sa réputation et une bonne droite bien traditionnelle en robe plissée bleu foncé. Mais ses amitiés sont plutôt celles de personnages peu recommandables qui ont été des partisans de l’organisation sinistre Occident, la droite la plus extrême qui soit : c’est le cas de Patrick Devedjian que l’on voit moins sur les plateaux télé en cette fin de campagne mais qui a été très présent dans le lancement de la campagne. Ou de Alain Madelin. Des hommes aussi hargneux que Brice Hortefeux, [1] alias le "porte flingue de Sarkozy" font figure d’un autre danger : ceux-là, militants RPR pur jus ont compris que l’heure est venue de tourner la page de l’ancienne machine politique et ils veulent le pouvoir, tout autant que Sarko. [2] Dans les amitiés de Sarkozy une constante : les plus affairistes et moins reluisants hommes politiques sont dans son clan [3] : c’est les mairies de Neuilly et de Levallois qui ont défini les limites de ces amitiés (les successeurs de Charles Pasqua, Patrick Balkany, et quelques autres : Manuel Aeschlimann, Alain Carignon, Thierry Mariani, Gérard Longuet, Christian Estrosi, Pierre Bédier

Pourquoi continuer à stigmatiser Sarko ?

Peut-être ne faut-il pas stigmatiser Sarkozy [4]. Cela risque d’être contre-productif entend-on dire. Mais il est difficile de ne pas voir que cet homme a fait l’unanimité des patrons du pouvoir financier et du CAC40 ; il est difficile de ne pas voir que sa "dérive" droitière est sa véritable ligne de conduite. Son insistance à défendre le point de vue déterministe prouve que ces dérives sont en fait des positions assumées. L’atlantiste qu’il est, le communautariste affirmé, le déterministe... tout cela fait tout de même beaucoup.

Alors les appels à la modération ne me semblent pas de mise concernant Sarkozy. Il a su lui-même montrer que la répression sera son arme et qu’il sera particulièrement vigileant sur ce que disent les médias de lui et de son gouvernement.

Voter Ségolène Royal sans états d’âmes

Pour finir, la mollesse du côté du parti socialiste me rendent encore plus anti-sarko. On avait eu Jospin qui boudait, DSK et Fabius fachés qui n’ont pas levé un doigt pendant cette campagne. On a eu les polémiques internes et externes. On a eu Eric Besson qui même s’il s’agit d’un opportuniste doublé d’un traître était tout de même dans la direction du PS. Et le parti pris des médias contre la soi-disant bêtise et incompétence de Ségolène Royal. On a été fort prompt à souligner les erreurs de langage de Royal (la curieuse bravitude) et d’oublier celles de Sarko (l’étrange « héritation »). Sarkozy attribue une réplique célèbre de Giscard à Mitterand mais les journalistes s’empressent de l’oublier. On reproche à Ségolène l’absence de programme alors que c’est certainement le plus construit de tous. On crie au scandale et on réclame un chiffrage. Sarkozy propose de réduire les impôts de plus de 68 milliards d’euros et on trouve cela tout à fait normal [5]. Bref une mauvaise foi évidente. Sarkozy n’est pas plus compétent que Ségolène Royal, comme le prouvent leurs états de service. Il est par contre certainement plus répressif, provocant, et fabricant de haine [6], dans l’esprit et la lettre.

Donc dimanche 22 avril se sera sans aucun état d’âme que je donnerai mon bulletin de vote pour Ségolène Royal.


[1On n’est pas obligé de me croire sur parole : lire ce qu’il déclare sur Ségolène Royal sur Radio J.

[2démesurement, comme l’atteste l’accumulation des "Je veux..." dans chacun des discours de Sarkozy

[3c’est un des points forts de l’analyse de Marianne sur le vrai Sarkozy.

[4C’est la position de Claude Askolovitch qui a été aussi le journaliste écrivant le livre d’interview de Eric Besson "Qui connaît Madame Royal" (Grasset)

[5c’est jacques julliard qui soulignait cette attitude

[6c’est les milliers d’affiches électorales arrachées et détournées du candidat Sarkozy qui en sont le meilleur témoignage

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?