Rigasite

Accueil > Chine > Un tremblement de vie

Un tremblement de vie

vendredi 23 mai 2008, par rigas

« Ecrire est acte tellement léger que je m’en sens incapable », écrit l’ami Lao Cai.

Ecrire, en parler, cririquer est aussi possible, nécessaire même dit la jeune Tong :

Personnellement, je préfère croire que la plupart des Chinois qui critiquent éveillent leur conscience d’humanité et de citoyenneté. Puisqu’ils montrent la volonté de défendre la justice pour toutes les victimes, et cherchent des solutions pour que les survivants vivent mieux. A leur façon, les Chinois critiques disent adieu aux morts et affirment la sympathie aux survivants. En tout cas, les secours vont s’achever dans un très court terme, alors que l’interrogation rationnelle et profonde sur l’origine des problèmes dévoilés ainsi que sur les responsabilités des autorités compétentes concernées, ne pourra que s’acheminer vers une issue durable pour les survivants également pour les populations régionales. N’est-ce pas la meilleure commémoration pour les morts et la consolation la plus bienveillante pour les survivants ?

La terre quand elle tremble, malgré tous les ravages, les morts et la désolation, est un tremblement de vie.


Photos

MàJ début juin 2008 : Je conseille plus que vivement de voir les photos de Gilles Sabrié au Sichuan, qui par un travail patient illustre la vie qui renaît, qui vibre, qui pleure aussi ses morts. Merci Gilles !!


Le rôle de la presse

MàJ : 14 juin 2008. Un intéressant article publié dans Courrier International sur la presse chinoise pendant les premières semaines après le tremblement de terre. Pendant ce laps de temps, la presse a été libre, dit l’auteur Zhang Jieping de l’hebdomadaire Yazhou Zhoukan. Mais dès fin Mai, le gouvernement a repris les choses en main. Cependant, le pari que fait cet auteur est que la presse ne sera plus jamais la même. QUe les journalistes voudront de plus en plus aller eux-même sur le terrain, observer de leurs propres yeux. Ils finiront aussi par apprendre à juger par eux-même de la qualité de l’information sans avoir une autorité quelconque qui leur dise d’aller faire ou voir ceci ou cela. Comme le dit l’auteur :

Les journalistes de Chine populaire ont l’habitude des bras de fer avec le pouvoir, mais ils n’ont pas l’habitude de se mesurer à eux-mêmes.

Constat magnifique


Lire aussi sur Rue89 : La dernière fois que la terre a tremblé, la Chine a changé d’ère

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?