Rigasite

Accueil > Editos > La balkanisation de la sagesse

La balkanisation de la sagesse

dimanche 8 juin 2008, par rigas

Une réflexion à l’occasion d’une étrange initiative.

Je viens de découvrir -c’est off topic et hors calendrier- avec étonnement que les 11 et 12 mai 2007 s’est déroulé le Symposium des Sept sages à Delphes, inauguré par Charles Papoulias, le Président de la République de Grèce. [1] Outre le nom, absolument ambigu et la référence quelque peu rétro [2], ce Symposium est en réalité le symposium des sept sages en chirurgie cardiovasculaire.... Ouf ! J’ai cru que nous avions nos nouveaux penseurs universels désignés.

En tout cas, il y a aussi un bouton qui permet de poser une question aux sages. Comme à la Pythie, autrefois à Delphes. Et peut-être aussi que la réponse sera aussi obscure qu’étaient les réponses de la Pythie. [3]

Mais immédiatement après je lis que c’est une initiative qui a vocation à s’étendre à d’autres domaines. Après donc on aura les sept sages de la science, de la cuisine, de la philosophie, des nains de jardin, de la religion, du rock and roll, de l’amour ???? Je m’inscris pour le concours de sage de procastination, tiens.

L’intérêt me semble limité mais trahit un besoin de l’époque : la recherche de repères moraux (on dit ‘éthique’ maintenant pour être politiquement correct). Et donc aussi de la variabilité des repères : un sage autrefois l’était après avoir longuement médité, étudié, voir prié... Aujourd’hui le Sage sera à consommation annuelle et remplaçable, à rayon d’action limité et sans autre besoin de qualifier la sagesse que par son domaine de référence et des règles sociologiques -éthiques, professionnelles, etc. -qui régissent ce domaine. Bref, une sagesse du moment.

C’est la balkanisation de la sagesse.


[2Les Sept Sages sont une invention des grecs autour de 650 av.J.C. ; ces personnages ont certainement existé mais rien ne dit que les maximes qu’ils sont censés avoir légué sont réelles. Ils ont été réunis en une sorte de catéchisme de bonnnes moeurs et de bonne morale, illustrant les concepts de la fameuse Σοφία — Sophie n’est pas le prénom d’une femme mais le mot grec pour Sagesse. La liste des Sages mais aussi leur maximes sont aussi parfois un peu différentes. Thalès et Solon sont les plus connus. Les sept en questions appartenaient à l’Age d’Or, c-a-d une époque précédent la Grèce « classique », une époque vraiment ancienne.

[3Pour ceux qui ne le savent pas, la Pythie était une pauvre femme que les prêtres avaient droguée et enfermée dans un petit temple à Delphes pour émettre des borborygmes incompréhensibles que les prêtres se chargeaient de dévoiler et interpréter comme des augures. Le truc le plus intelligent jamais inventé pour justifier le pouvoir du clergé.