Rigasite

Accueil > Muziks et sons > Daniel Rubenstein et Muhiddin Dürrüoglu, violon et piano

Daniel Rubenstein et Muhiddin Dürrüoglu, violon et piano

dimanche 26 avril 2009, par rigas

Je viens d’assister à un concert à l’Archipel -une salle qui a l’avantage d’être située à deux pas de la maison- à un concert avec deux musiciens magnifiques

- Daniel Rubenstein et
- Muhiddin Dürrüoglu-Demiriz avec un programme étonnant :

- Franz Schubert, Rondo Brillant en si mineur.
- Felix Mendelssohn, Sonate en fa majeur pour violon et piano.
- Muhiddin Dürrüoglu-Demiriz, “Le Grand Singulier”.
- J. Achron, Jewish Melody (Mélodie hébraïque) opus 33.
- K. Szymanowski, Sonate en ré mineur opus 9 pour violon et piano.

La pièce de Achron m’a évidemment rappelé certaines tonalités « orientales » qu’on retrouve dans la musique de Tsabropoulos. Le premier mouvement de la sonate de Szymanovski m’a rappelé le Gibet dans Gaspard de la Nuit de Ravel. Et je croi ben que c’est la première fois que j’écoutais du Mendelssohn en vrai. Rien que de belles choses.

Ces deux musiciens belges (n’attendez pas de moi de faire des rapprochements culturels oiseux - ils sont belges - le monde est ainsi fait, nos d’origines, les histoires passées de nos ancêtres, les aspects culturels identitaires m’intéressent bien moins que nos actes), m’ont permis de faire connaissance avec une musique vivante, qui se nourrit d’une diversité culturelle extrême, celle de notre monde.

Musiciens d’exception, qui ont déjà un carrière riche. Et qui jouent souvent ensemble ou avec d’autres musciens. Muhiddin a créé un trio, avec deux autres musiciens qui ont aussi un erenommée international. Daniel semble avoir beaucoup couru sa bosse à travers le monde. J ene me peux m’empêcher de penser que la musiue est le plus international de moyens d’expressions, celui qui réunit les gens des lieux les plus éloignés, même dans les situations les plus difficiles. [1]

Daniel Rubenstein a donné en 2004 des concerts en Israël avec des musiciens juifs et arabes dont l’un deux enregistré en live se trouve sur le disque illustré ici.

Les quelques instants passés avec eux m’ont laissé une impression de bonheur. Voilà des gens qui donnent ce qu’il y a de plus beau et qui de plus sont affables, drôles, sympathiques... A ne pas perdre....


[1Septentrion est un disque vrament magnifique. Je l’ai acheté car Danel Rubenstein m’a alléché en ma arlant des morceaux de Devreese, compositeur de musiques de film. Mais en fait c’est les sept morceaux qui composent Septentrion qui m’on séduit. Certaines pièces comme « Alioth » ou comme « Alkaid » sont aussi dans cette tonalité orientale qui me plaît vraiment. Et contrairement à ce que pensait Daniel -qui me vendait les charmes de « Tango » de Devreese- c’est la « Habanera » qui me plaît le plus.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.