Rigasite

Accueil > Editos > L’UMP propose la réduction de la fonction publique

L’UMP propose la réduction de la fonction publique

Nouvelle attaque du néo-libéralisme et du New Public Management

vendredi 21 janvier 2011, par rigas

UN député (Jean-François Mancel, l’animal politique en question est un administrateur civil de la fonction publique, et confond allègrement business et politique) vient de présenter un projet de loi (cf. info ici) visant à limiter le statut de fonction publique aux seuls ministères "régaliens" (réduire "le champ d’application du statut de la fonction publique aux seuls emplois de souveraineté nationale et de puissance" dixit le projet de loi).

On entend les arguments : trop de fonctionnaires, les mairies, les administrations territoriales, tout ça.... Mais aussi la culture (pouah, c’est sale ça la culture !), la recherche (sauf peut-être la R&D chez Areva et Servier !!), et mieux encore la Santé —c’est pas de la souveraineté nationale ça !!— sont évidemment concernés.

Comment se fait-il qu’un pays aussi riche que a France soit incapable de défendre une source d’emplois réels, correspondant à des besoins ? Pourquoi cette fausse rationalité qui ne fait que compter le travail des fonctionnaires qu’en tant que dépense est-elle à ce point dominante ? N’est-ce pa là un motif d’indignation supplémentaire (Merci M. Hessel de nous le rappeler encore !).

La joyeuse proposition de M. Mancel (ils sont vraiment gratinés les députés de l’Oise : Woerth, Mancel, Dassault, l’inénarable Edouard Courtial....) vise tout bonnement à réduire les dépenses de l’état -on l’aura compris- en liquidant la piétaille !! on est bien loin de l’idéal de la Résistance après la seconde guerre mondiale. Les affairistes sont au pouvoir, leur discours est bien le discours dominant.

Tiens lisons encore et encore Naomi Klein, (2008). La stratégie du choc. La montée d’un capitalisme du désastre, Paris : Actes Sud, Babel. [1]
Les plans de réduction de la fonction publique sont un des éléments clé des programmes néo-libéraux. En partie pour laisser libre cours aux entreprises et privatiser les services et en partie pour réduire tout simplement la fonction publique.

En Grèce aussi le plan -inclu dans le mémorandum du FMI- vise à la réduction du secteur public.


[1Lire une belle interview de Naomi Klein dans Medipart...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.