Rigasite

Accueil > Science,Technology, Policy > Apprentissage technologique > Sur l’apprentissage technologique

Sur l’apprentissage technologique

mardi 2 mars 2004, par rigas

Brève présentation de la recherche

Comment la technologie vient-elle aux entreprises, dans les pays en développement ? Comment les entreprises font-elles l’expérience du développement technologique ?

Ce programme de recherche —qui s’achève cette année— se résume à cette interrogation. Il a pour objectif de décrire les mécanismes par lesquelles s’effectue le développement technologique des PED. Un certain nombre de choix ont présidé à ce programme. Tout d’abord, porter notre attention sur le rôle des entreprises, et non seulement du côté des producteurs de technologie ; ensuite, saisir le rôle des politiques de recherche des états et notamment des politiques qui prônent l’innovation ; enfin, examiner la manière dont s’effectue le lien entre la recherche dans les universités et les centres publics de recherche et les entreprises productives.

Le terme "Apprentissage technologique" fait référence aux expériences technologiques des entreprises. En effet, on peut montrer que, contrairement à la vision linéaire du développement technologique, l’acquisition de technologies, les transferts de technologie, le développement de la recherche et développement (R&D) dépendent avant tout de cet apprentissage technologique qui s’effectue dans les entreprises. Ceci explique la relative indépendance entre développement de la recherche et celui de la technologie. Un même pays peut avoir une certaine croissance de sa communauté scientifique sans faire preuve de développement technologique. L’inverse, qui devrait être vrai en théorie, semble moins courant. La Chine est un donc bon contre-exemple, car la recherche s’y est développé moins vite que la technologie, le développement industriel a précédé en quelque sorte le développement scientifique. Par contre, la mise à niveau de technologies pour les faire se rapprocher des meilleures et plus performantes d’entre elles doit, de nos jours, s’appuyer sur l’innovation et la R&D. La fragilité des politiques d’innovation, le risque qu’entraîne l’investissement "innovant" sont autant de facteurs à prendre en considération. Mais plus fondamentalement, cette recherche montre que le principal moteur et frein à l’innovation est la mise en relation des entreprises avec leur environnement économique, social et politique.

Cette recherche a, en réalité, commencé en 1986 au Venezuela, puis s’est étendue à d’autre pays latino-américains à travers un petit réseau de chercheurs ("Aprendizaje tecnológico" -voir numéro spécial de Revista Espacios-), au Brésil, Argentine, Mexique. Il a croisé deux autres réseaux —Alfonso sur les communautés scientifiques dans les pays du Sud et INIDET sur le développement technologique. Le programme de l’UR 105 qui se déroule à Canton en Chine a débuté en Novembre 2000 et s’est achevé en Juin 2004.

Le Colloque (AVRIL 2004) sur les clusters industriels fait le lien entre ce programme et le suivant portant sur la politique industrielle et les entreprises en Chine.

Parcours bibliographique :

AU Venezuela, après une tentative de situer la question de manière conceptuelle dans un petit ouvrage signé à huit mains [1] , nous avons publié le premier traitement par analyse factorielle d’une enquête innovation dans Research Policy :
- Pirela, Arnoldo, Rafael Rengifo, Rigas Arvanitis & Alexis Mercado (1993) ’Technological learning and entrepreneurial behaviour : A taxonomy of the chemical industry in Venezuela’, Research Policy 22(5-6):431-54.

Au Mexique, le traitement similaire de l’enquête innovation de l’industrie chimique a été publié dans un numéro spécial de la revue Science, Technology & Society :

- Arvanitis, Rigas & Daniel Villavicencio (1998) ’Technological learning and innovation in the Mexican chemical industry : an exercise in taxonomy’, Science, Technology & Society 3(1):153-80.

- Arvanitis, Rigas & Daniel Villavicencio (1998) ’Comparative perspectives on technological learning : Introduction’, Science, Technology & Society 3(1):1-9.

Une analyse un peu différente (pas d’analyse factorielle), pour mettre plutôt l’accent sur les questions d’appropriabilité et de marché a été produite dans le livre collectif sur le système national d’innovation du Mexique dirigé par Mario Cimoli :

- Arvanitis, Rigas & Daniel Villavicencio (2000) ’Learning and innovation in the chemical industry in Mexico’, in M. Cimoli (ed), Developing innovation systems : Mexico in a Global Context (London : Pinter) : 189-205.

En Chine, impossibilité de faire des enquêtes. L’analyse s’est donc limitée à des études de cas :

- Arvanitis, Rigas, Wei Zhao, Haixiong Qiu & Jian-niu Xu (2006) ’Technological Learning in Six Firms in South China : Success and Limits of an Industrialization Model’, International Journal of Technology Management 36(1/2/3):108-25. (Version dans Repec) (aussi ici)


[1Pirela, Arnoldo, Rafael Rengifo, Rigas Arvanitis & Alexis Mercado (1991) Conducta empresarial y cultura tecnológica. Empresas y centros de investigación en Venezuela (Caracas. Le livre est téléchargeable sur la base Horizon/Pleains textes de l’IRD ; attention 1.8 Mo. )

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?