Rigasite

Accueil > Grèce > La Grèce un pays qui adore Stroskane

La Grèce un pays qui adore Stroskane

Μας πήρανε τα σόβρακα, ζητάνε και τα ρέστα !

mardi 6 septembre 2011, par rigas

Juste un billet d’humeur contre les donneurs de leçons sur la Grèce.

Récemment, Jean Qutatremer, journaliste de Libé, s’est autorisé à devenir une sorte de super justicier, qui dénonce les défaillances de l’Etat grec, connues depuis sa création (on lira les livres de Tsoukalas par exemple mais aussi de nombreux historiens, économistes ou journalistes), mais bon on ne peut pas lui reprocher de découvrir ce que tous connaissent en Grèce à savoir que l’état grec est pauvre et faible par construction. Il s’est attaché à défendre cette croisade avec entrain sur Facebook par petites touches et sur son blog (on ne peut pas lui reprocher de chômer) pitoyable tâche qu’il a exécuté avec la lourdeur du bonhomme sûr de son fait. [1]

De quoi s’agit-il ? Eh bien de montrer par tous les moyens que ce sont les grecs qui sont responsables du chaos financier actuel, car la Grèce vit avec une économie au noir à 40% [2]. Les Grecs ne veulent pas payer leurs impôts et c’est ce qui fait que la dette actuelle a atteint les sommets, dit-il.

Les hésitations de Mme Merkel n’y sont pour rien (l’année dernière en un mois, ses hésitations ont multiplié la dette externe par deux) ; l’absence de contrôle de la BCE non plus ; le fait que Eurostat connaissait toutes les émissions d’emprunt absolument aberrants des deux ministres de l’économie de Karamanlis non plus ou ceux légèrement moins dingues mais tout aussi aberrants des ministres du gouvernement Simitis (PASOK) - voir tableau ci-dessous ;

Emissions de bons de l’Etat 1996-2009

Période Gouvernement Ministre de l’économie Montant de l’émission en milliards d’Euros date de remboursement de l’emprunt
Octobre 1996-Octobre 2001 Simitis (PASOK) Papantoniou 28,7 2019
Octobre 2001-Mars 2004 Simitis (PASOK) Papantoniou 42,5 2025
Mars 2004-Janvier 2009 Karamanlis (Nouvelle démocratie) Alogoskoufis 125,2 2040
Janvier 2009-Octobre 2009 Karamanlis (Nouvelle démocratie) Papathanasiou 60,4 2026

On voit dans ce petit tableau que l’endettement du gouvernement Simitis est lié à deux évènements majeurs : la rentrée dans l’Euro et les Jeux Olympiques. Emission de dette pour environ 80 milliards d’Euros. Les Jeux auraient coûtés 150 milliards dit-on.... Mais ensuite, le gouvernement Karamanlis a émis une dette de 185 milliards ! En neuf mois, Papathanasiou a émis des bons pour 60 milliards. Hallucinant ! Et comment se fait-il que ces gens ne sont pas sur le banc des accusés ? Et leurs affidés européens, où sont-ils ? Les coulisses de Bruxelles ne sont-elles pas le meilleur lieu pour retrouver ces fautifs ?

Mais non, pour l’analyse simpliste du journaliste français, le seul problème c’est que le grecs ne payent pas leurs impôts. Le fait que la fraude fiscale soit élevée y compris dans des pays comme l’Allemagne (estimée à 252 milliards d’Euros par les services fiscaux très efficaces de l’etat fédéral allemand) ne peut pas être invoquée. [3] Pas plus que le fait que l’économie parallèle est particulièrement active dans des pays économiquement plus puissants que la Grèce. Le journaliste ne s’étonne pas plus de la bizarrerie qui a consisté à ce que l’UE soutienne toutes les fraudes statistiques de l’état grec (en échange du maintien de Barroso à la Commission) avec l’aide des banques, ces mêmes banques qui font cela pour d’autres grands pays (comme la France). Le fait que la crise soit déclarée le lendemain de la victoire de Papandréou aux élections ne l’étonne pas non plus. Pourtant le gouvernement les électeurs avaient voté massivement contre le gouvernement Karamanlis, unanimement reconnu comme le plus pourri de toute l’histoire de la Grèce moderne.

Tous ces arguments sont simplement refusés parce que dit-il on ne peut pas éternellement accuser les autres. Il adopte d’ailleurs au fur et à mesure qu’il avance un ton de plus en plus méprisant envers quiconque se rebiffe à son analyse. [4]

Le cas Quatremer est représentatif d’une analyse profondément fausse mais qui se donne des airs de propreté absolue et qui se résume à cette maxime : c’est le bordel parce qu’on ne paie pas ses impôts. Ce discours est faux pour deux raisons essentielles. Cette analyse ne concerne que les citoyens lambda (les ’personnes physiques’ comme on dit fiscalement) : le fait que Total ou General Electric ne paient pas un centime d’impôts ne le concerne pas. Non non ! ce sont ces foutus grecs qui ne paient pas qui ont mis à mal l’ensemble de l’Euro. Le fond de l’affaire est de relier le problème de l’endettement à la capacité de paiement de l’état. Et c’est la deuxième cause d’erreur : la financiarisation de la dette ne rentre évidemment pas dans cette accusation contre les grecs fraudeurs, pas plus que l’absence de contrôles efficaces des grandes puissances économiques et notamment de l’UE.

Certes : l’état grec est inefficace et en échange il n’est pas particulièrement exigeant vis-à-vis de ses citoyens. Ce pacte de base de l’économie grecque est un mauvais pacte : c’est celui d’un état faible qui est à l’image de politiciens qui sont corrompus. Mais il est évident que ce n’est pas en payant les impôts qu’il changera. Mais surtout, les employés et les retraités qui se sont vu confisquer plus de 20% de leurs revenus avec les exigences de la Troïka (BCE, Commission, FMI) et qui sont obligés de payer leurs impôts, pourquoi doivent-ils être les accusés des malversations non seulement de quelques 200 médecins et des restaurateurs qui pratiquent l’évasion fiscale mais aussi des européens qui utilisent l’état grec pour s’enrichir (voir la multiplication des actes de corruption au profit d’entreprises étrangères et de leurs intermédiaires compradors, grecs évidemment). Car ce sont eux qui seront lésés pas les responsables de la crise actuelle (où est Karamanlis ?).

Ensuite on s’étonne que les grecs adorent Strauss-Kahn (que Quatremer déteste !). :)

JPEG
Spectacle comique à Vonitsa. Merci à Pierre M-K.
Traduction du sous titre : Ils nous ont pris nos caleçons, ils exigent le reste !

— -

JQ m’a écrit pour dire que que ce post en disant que c’était une crétinerie ! Wow ! Quel honneur. Entre temps il a aussi censuré son propre blog en enlevant des commentaires parfaitement bien informés sur Kyrtsos qui lui montrait à quel point ce journaliste, ex rédac-chef du journal de droite "Eleftheros Typos" était aux ordres. Jean Quatremer déteste être contredit.


[1Je n’ai pas toujours pensé cela de JQ. Mais son ton et sa croisade me sont totalement insupportable. Il a réagit d’ailleurs assez violemment à mes commentaires qui n’étaient pas insultants mais sans se rendre compte de l’insulte en quoi consiste sa propre attitude. Poutre, paille.

[2chiffre un peu fantasque mais enfin on ne va pas chipoter ; le concept même d’économie "au noir" est particulièrement difficile à dfinir comme le savent les économistes qui calculent l’économie informelle en Amérique latine par exemple

[3Détail amusant : dans la région de Hambourg quelques 120 piscines étaient déclarées et les services fiscaux en avaient repérés avec Google Earth plus de 1500.

[4Pour appuyer son point de vue, il s’est même adjoint les services de Giorgos Kyrtsos, l’ancien rédac chef d’un journal de la Nouvelle Démocratie (qui a d’ailleurs été viré par Karamanlis en personne selon ses propres dires, ce qui l’a rendu lucide !). Et Quatremer de ne garder des billets dans CityPress de Kyrstos et son blog que ce qui concerne les impôts, évidemment, mais pas les commentaires sur les exigences absurdes de la Troïka ou le démantèlement du marché du travail... passons.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.