Rigasite

Accueil > Science,Technology, Policy > Nouveau numéro (très africain) de la Revue d’anthropologie des connaissances (...)

Nouveau numéro (très africain) de la Revue d’anthropologie des connaissances N°3 du volume 5 (2011)

mercredi 18 janvier 2012, par rigas

Le numéro en cours de la Revue d’anthropologie des connaissance porte sur la localisation et la circulation des savoirs en Afrique.

(attention : ceci n’est pas une présentation officielle de la RAC mais mon propre propos !)

Le sort des revues académiques est, semble-t-il de se convertir en revues électroniques. C’est certainement le boulevard du futur pour la science. C’est pour cela que lorsque nous avons créé la Revue d’anthropologie des connaissances nous avons pensé d’abord fabriquer une revue en ligne, en français et ... gratuite. Sans sacrifier à la qualité. Cela nous a orienté vers le portail cairn qui est non seulement notre diffuseur mais aussi notre éditeur.. Mais la gratuité est difficile à défendre : il faut de l’argent pour produire une revue et l’internet n’est pas une machine à produire des sous. Certaines revues sont devenues rentables en passant dans le "business model" des grandes revues scientifiques du quasi-monopole de Elsevier ou de Kluwer. Cette question nous taraude aussi. En dehors du modèle des grandes firmes multinationales de l’édition scientifique, il y a le modèle "open science" qui fait payer les auteurs plutôt que les lecteurs. Il est fonctionnel en biologie et sciences biomédicales notamment (cf. PLOS). Pratiquement inexistant en sciences sociales : nos labos universitaires sont incapables de payer pour la publication (sauf exceptions). La guerre est en fait ouverte dans le monde de l’édition scientifique, entre grandes maisons d’édition, et ce quasi-monopole de l’édition scientifique est un des rares exemples de monopole non remis en cause par les lois contre la concentration abusive du pouvoir économique.

Pour l’instant la RAC va rester une revue gratuite, et nous comptons publier un volume annuel papier payant et donc continuer notre travail de fourmis. Visitez nos sites : le site de la société d’anthropologie des connaissances et la revue publiée sur le portail Cairn. Si vous voulez nous soutenir, envoyez-nous un chèque d’adhésion à la société d’anthropologie des connaissances !!!

Le dernier numéro de la revue contient une matière très orientée sur l’Afrique. Le dossier principal dirigé par Pascale Moity-Maïzi porte sur La localisation et la circulation des savoirs en Afrique. Plusieurs articles s’attachent à examiner la fabrication, la diffusion et l’appropriation des savoirs dans l’agriculture, l’exploitation des ressources naturelles, l’artisanat, la santé. Cette question essentielle des "savoirs locaux" [1]
(P. Moity-Maïzi et ce groupe d’auteurs préfèrent parler de localisation des savoirs) en réalité renvoie à des échanges intenses de savoirs, de transferts de technologie, où le "local" est en fait assez loin de l’image de fixité, d’immobilisme auquel renvoie le terme "local". En effet, non seulement assiste-t-on à cette réinvention de la tradition mais aussi à une profonde formation du lien politique. Le savoir local et les transferts de technologie renvoient en fait aux peuples autochtones : nous sommes en plein dans le contexte politique non seulement issu de la période colonial mais aussi de la plus récente globalisation. Nous avons ici de nombreux exemples de circulation des savoirs au niveau mondial et nous sommes en droit de penser qu’ils constituent la société de la connaissance et qu’en intégrant cette circulation globale, ils se transforment autant qu’ils transforment. Phénomène étudié dans le cas des médecines Asiatiques (Dossier publié dans la RAC (2011, Vol. 5, n° 1).

Nous avons aussi dans ce numéro décidément très africain, un compte-rendu du magnifique livre de Yvon Chatelin sur sa vie de chercheur en terre africaine intitulé : "Recherche scientifique en terre africaine : une vie, une aventure" et d’un ouvrage dirigé par Eberhard Kienle sur les sciences sociales en Afrique du Nord et au Moyen-Orient "vus d’Europe, d’Amérique et de l’intérieur".

Bonne lecture !


[1Voir par exemple Arvanitis, Rigas, Michel Grossetti, Kapil Raj, Pascal Renaud & Frédéric Thomas (2008) ’Sciences, savoirs et mondialisations’, Revue Science et devenir de l’Homme - Dossier : Science, technologie et innovation en sociétés 57-58:48-69. (version PDF)

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.