Rigasite

Accueil > Récits > Censure

Un récit de Elsa

Censure

mardi 10 février 2004

Censure

Trois mois qu’il travaillait dessus. Les trois mois les plus pleins de sa vie. Il avait été dans les villages faire des entretiens, il avait exploité toutes les sources à sa disposition. Il l’avait rédigé avec application. Il y avait mis du cœur dans ce reportage. Il voulait vraiment qu’il paraisse. C’était un document d’une valeur inestimable, il le savait. Beaucoup de gens lui avaient dit de ne pas s’engager dans cette voie qu’il lui vaudrait peut-être des ennuis. Mais il y tenait. Si son reportage était vu, les gens comprendraient qu’il y avait un problème. Et on pourrait peut-être enfin offrir des conditions de vie plus acceptables à tous ces gens qui travaillent toute la journée à des prix minables et qui n’ont aucune sécurité. Il voulait aider ces gens. Les sauver de leur misère. Misère était un mot qu’il comprenait, il avait était bercé par ce mot et avait vu ses parents en mourir. Et il ne voulait pas que cela arrive à d’autres. Il ne voulait plus voir souffrir tous ces esclaves dans un silence forcé. Courber l’échine et travailler, telle avait été la vie de ses parents et maintenant il voulait que plus personne ne la vive. Alors il s’était lancé dans ce reportage qui pour lui avait une importance capitale. Il l’avait finalement envoyé à la direction de la chaîne nationale où il avait quelques amis bien placés. Un mail l’informa qu’il était prévu pour mercredi soir à sept heures trente.

Mercredi à sept heures vingt, il se trouvait chez son amie, sur le canapé, la télévision allumée. Le cœur remplie de joie et d’excitation, il avait les yeux rivés sur l’écran.

Sept heures vingt cinq, début des publicités, il est obligé de se lever et de marcher pour patienter. Les nerfs à vifs, il se rendit compte que ce moment sera inoubliable.

Sept heures vingt neuf, fin de la pub. Il retint sa respiration, les yeux fixés sur la télé. Un rayon lumineux inonda l’écran un instant et l’image se figea : c’est une route de campagne enneigée comme il n’en avait jamais vu. Le choc dure quelques secondes. Stupéfait les yeux grands ouvert, il tenta de comprendre ce qui se passait. Puis se tournant vers son amie, il éclata en sanglots. Il venait de comprendre que son reportage est censuré.

Elsa

Un message, un commentaire ?

Forum sur abonnement

Pour participer à ce forum, vous devez vous enregistrer au préalable. Merci d’indiquer ci-dessous l’identifiant personnel qui vous a été fourni. Si vous n’êtes pas enregistré, vous devez vous inscrire.

Connexions’inscriremot de passe oublié ?