Rigasite

Accueil > Editos > Le virus est-il sur mes vêtements ? Mes chaussures ? Mes cheveux ? Mon (...)

Le virus est-il sur mes vêtements ? Mes chaussures ? Mes cheveux ? Mon journal ?

lundi 4 mai 2020, par rigas

Un papier plutôt rassurant sur la présence du virus SARS-CoV2 dans le New York Times.

Cet article paru dans le New York Times (en anglais) me semble bien faire le point.

Par Tara Parker-Pope


Nous avons demandé aux experts de répondre à des questions sur tous les endroits où le coronavirus se cache (ou ne se cache pas). Vous vous sentirez mieux après avoir lu cet article.


Crédit... iStock

Publié le 17 avril 2020 - Mise à jour le 18 avril 2020

Lorsque nous avons demandé aux lecteurs d’envoyer leurs questions sur les coronavirus, un thème commun est apparu : beaucoup de gens craignent de retrouver le virus chez eux, sur leurs vêtements, leurs chaussures, leur courrier et même sur le journal.
Nous avons fait appel à des experts en maladies infectieuses, des spécialistes des aérosols et des microbiologistes pour répondre aux questions des lecteurs sur les risques d’entrer en contact avec le virus lors de déplacements essentiels à l’extérieur et de livraisons. Bien que nous devions encore prendre des précautions, leurs réponses ont été rassurantes.

Dois-je me changer et prendre une douche en rentrant de l’épicerie ?

Pour la plupart d’entre nous qui pratiquons la distanciation sociale et ne faisons que des visites occasionnelles à l’épicerie ou à la pharmacie, les experts s’accordent à dire qu’il n’est pas nécessaire de changer de vêtements ou de prendre une douche en rentrant chez soi. Vous devez cependant toujours vous laver les mains. S’il est vrai qu’un éternuement ou une toux provenant d’une personne infectée peut propulser des gouttelettes virales et des particules plus petites dans l’air, la plupart d’entre elles tomberont au sol.

Des études montrent que certaines petites particules virales pourraient flotter dans l’air pendant environ une demi-heure, mais elles n’essaiment pas comme des moucherons et ne risquent pas d’entrer en collision avec vos vêtements. “Une gouttelette suffisamment petite pour flotter dans l’air pendant un certain temps a également peu de chances de se déposer sur les vêtements en raison de son aérodynamisme”, a déclaré Linsey Marr, un scientifique spécialiste des aérosols chez Virginia Tech. “Les gouttelettes sont suffisamment petites pour se déplacer dans l’air autour de votre corps et de vos vêtements”.

Pourquoi les petites gouttelettes et les virus n’atterrissent-ils pas sur nos vêtements ?

J’ai demandé au Dr Marr de nous en dire plus, puisque nous devons tous recevoir une mini leçon d’aérodynamique.
“La meilleure façon de le décrire est qu’ils suivent les courants, ou le flux d’air, autour d’une personne, parce que nous nous déplaçons relativement lentement. C’est un peu comme des petits insectes et des particules de poussière qui circulent dans les courants d’air autour d’une voiture à faible vitesse, mais qui peuvent s’écrasent sur le pare-brise si la voiture va assez vite”, a déclaré le Dr Marr.
“Les humains ne se déplacent généralement pas assez vite pour que cela se produise”, a poursuivi le Dr Marr. “Lorsque nous nous déplaçons, nous déplaçons l’air et la plupart des gouttelettes et des particules sont également chassées hors de notre chemin. Il faudrait que quelqu’un pulvérise de grosses gouttelettes en postillonant pendant qu’il parle ou en toussant ou en éternuant pour qu’elles atterrissent sur nos vêtements. Les gouttelettes doivent être suffisamment grosses pour ne pas suivre les courants “.
Donc, si vous êtes en train de faire des courses et que quelqu’un vous éternue dessus, vous aurez probablement envie de rentrer chez vous, de vous changer et de prendre une douche. Mais la plupart du temps, rassurez-vous, votre corps en mouvement, bouge lentement et repousse l’air et les particules virales loin de vos vêtements ; c’est de la simple physique.

Y a-t-il un risque que le virus se trouve dans mes cheveux ou ma barbe ?

Pour les raisons exposées ci-dessus, vous ne devez pas vous inquiéter de la contamination virale de vos cheveux ou de votre barbe si vous pratiquez la distanciation sociale. Même si quelqu’un éternuait derrière vous, les gouttelettes qui se poseraient sur vos cheveux seraient une source d’infection peu probable.
“Il suffit de penser, dans ce cas, à ce qu’on a pu faire pour être infecté”, a déclaré le Dr Andrew Janowski, professeur de maladies infectieuses pédiatriques au CHU St. Louis pour enfant de la Washington University. « Il faut que quelqu’un éternue, qui doit avoir une certaine quantité X de virus dans l’éternuement. Ensuite, il doit y avoir beaucoup de gouttes qui vous tombent dessus. Ensuite, vous devez toucher l’endroit exact sur vos cheveux ou vos vêtements où se sont posées ces gouttelettes, qui entre-tremps contiennent déjà subi une quantité réduite de virus”, a déclaré le Dr Janowski. “Ensuite, après avoir touché ce lieu, vous devriez toucher une partie de votre visage, pour qu’il entre en contact avec le virus. Lorsque vous passez en revue cette série d’événements, cela fait un nombre assez important de choses qui doivent se produire dans la séquence. Il y a donc un risque très faible”.

Dois-je m’inquiéter en faisant la lessive et en rangeant les vêtements ? Est-ce que je ne risque pas de secouer les virus de mes vêtements et les disperser dans l’air ?

La réponse dépend si vous faites une lessive courante ou s’il s’agit de laver les vêtements après avoir eu à soigner un malade.
La lessive de routine ne devrait pas vous inquiéter. Faites-la comme d’habitude. Alors que certains types de virus, comme le norovirus, peuvent être difficiles à nettoyer, le nouveau coronavirus, comme le virus de la grippe, est entouré d’une enveloppe grasse qui est vulnérable au savon. Laver vos vêtements dans une lessive ordinaire, en suivant les instructions sur le tissu, puis les passer au sèche-linge est plus que suffisant pour éliminer le virus – si jamais, il était présent.
“Nous savons que les virus peuvent en effet se déposer sur les vêtements (avec des gouttelettes) et ensuite se disperser dans l’air avec les mouvements, mais il faudrait une grande quantité de virus pour que ce soit une préoccupation, une quantité bien plus grande que ce qu’une personne pourrait usuellement rencontrer en se promenant à l’extérieur ou en allant à l’épicerie”, a déclaré le Dr Marr.
La situation est différente si vous êtes en contact étroit avec une personne malade. Le Centers for Disease Control and Prevention recommande de porter des gants lorsque vous nettoyez après une personne malade, et de veiller à ne pas secouer le linge et la literie. Pour la lessive, utilisez l’eau la plus chaude possible et faites sécher complètement. Vous pouvez mélanger le linge d’une personne malade avec le reste de la charge du ménage. De plus, le simple fait de laisser le linge reposer un moment réduit également les risques, car le virus va se dessécher et se décomposer. “Nous savons que ce type de virus a tendance à se décomposer plus rapidement sur les tissus que sur les surfaces dures et solides comme l’acier ou le plastique”, a déclaré le Dr Marr.

Combien de temps le virus peut-il donc rester viable sur les tissus et autres surfaces ?

La plupart de ce que nous savons sur la durée de vie de ce nouveau coronavirus sur les surfaces provient d’une importante étude publiée dans le New England Journal of Medicine en mars. L’étude a révélé que le virus peut survivre, dans des conditions idéales, jusqu’à trois jours sur des surfaces en métal dur et en plastique et jusqu’à 24 heures sur du carton.
Mais l’étude n’a pas porté sur le tissu. Néanmoins, la plupart des experts pensent que le carton offre des indices sur la façon dont le virus se comporte probablement sur le tissu. Les fibres naturelles et absorbantes du carton semblent provoquer un séchage plus rapide du virus que sur les surfaces dures. Les fibres du tissu produiraient probablement un effet similaire.
Une étude réalisée en 2005 sur le virus du SRAS, une autre forme de coronavirus, nous rassure également. Dans cette étude, les chercheurs ont testé des quantités de plus en plus importantes d’échantillons viraux sur du papier et sur une robe de coton. Selon la concentration du virus, il a fallu cinq minutes, trois heures ou 24 heures pour qu’il devienne inactif. “Même avec une charge virale relativement élevée dans la gouttelette, une perte rapide d’infectivité a été observée pour le papier et le coton”, ont conclu les chercheurs.

Dois-je me préoccuper du courrier, des colis ou du journal ?

Le risque de tomber malade en manipulant du courrier ou des colis est extrêmement faible et, à ce stade, seulement théorique. Il n’existe aucun cas documenté de personne tombant malade en ouvrant un colis ou en lisant un journal.
Mais cela ne signifie pas que vous ne devez pas prendre de précautions. Après avoir manipulé le courrier ou les colis ou avoir lu le journal, jetez les emballages et lavez-vous les mains. Si vous vous sentez toujours particulièrement anxieux, suivez les conseils de l’étude du New England Journal et laissez le courrier et les paquets reposer pendant 24 heures avant de les manipuler.

À quel point dois-je m’inquiéter de la contamination si je sors pour promener le chien ou pour faire de l’exercice ?

Vos chances d’attraper le virus lorsque vous allez à l’extérieur sont extrêmement faibles, à condition de garder une distance de sécurité avec les autres.
“L’extérieur est sûr, et il n’y a certainement pas de nuage de gouttelettes chargées de virus qui traînent”, a déclaré Lidia Morawska, professeur et directrice du Laboratoire international pour la qualité de l’air et la santé à l’Université de technologie du Queensland à Brisbane, en Australie.
“Tout d’abord, les gouttelettes infectieuses expirées à l’extérieur seraient rapidement diluées dans l’air extérieur, de sorte que leurs concentrations deviendraient rapidement insignifiantes”, a déclaré le Dr Morawska. “De plus, la stabilité du virus à l’extérieur est nettement plus courte qu’à l’intérieur. Donc l’extérieur n’est pas vraiment un problème, sauf si nous sommes dans un endroit très fréquenté - ce qui n’est pas autorisé actuellement de toute façon. Il est possible de se promener et de faire du jogging sans se soucier du virus dans l’air, et il n’est pas nécessaire de laver immédiatement les vêtements”.
J’ai lu que lorsque je rentre chez moi après un voyage à l’extérieur, je dois enlever mes chaussures et les essuyer.

Dois-je gaspiller mes précieuses lingettes désinfectantes sur mes chaussures ?

Les chaussures peuvent héberger des bactéries et des virus, mais cela ne signifie pas qu’elles sont une source d’infection courante. Une étude commandée en 2008 par Rockport Shoes a révélé la présence de nombreux éléments dégoûtants, dont des bactéries fécales, sur la semelle de nos chaussures. Une étude récente en Chine a révélé que parmi les travailleurs de la santé, la moitié avait des coronavirus détectés sur leurs chaussures, ce qui n’est pas étonnant puisqu’ils travaillaient dans des hôpitaux avec des patients infectés.

Que devrions-nous faire pour nos chaussures ?

Si vos chaussures sont lavables, vous pouvez les laver. Certains lecteurs ont posé des questions sur le nettoyage de la semelle de leurs chaussures avec une lingette. Cela n’est pas recommandé. Non seulement cela gaspille une bonne lingette (elles sont encore rares), mais cela amène directement à vos mains des germes qui resteraient sur la semelle de votre chaussure ou sur le sol.

Vous pouvez essayer de ne pas penser à ce qui se cache sur vos chaussures - ou vous pouvez décider en famille de la possibilité de devenir un ménage sans chaussures. Nous avons couvert les avantages et les inconvénients de la vie sans chaussures dans notre article “Devriez-vous enlever vos chaussures à la maison ? “Si vous avez un enfant qui rampe ou joue par terre, un membre de votre famille qui souffre d’allergies ou une personne dont le système immunitaire est affaibli, un foyer sans chaussures pourrait être une bonne idée pour l’hygiène générale.

Selon le Dr Janowski, les chaussures ne sont pas un gros souci pour contracter le coronavirus, mais cela peut vous rendre dégoûté si vous pensez à l’endroit où vos chaussures ont été. “Si vous voulez parler des bactéries, nous savons que les bactéries aiment vivre sur les chaussures”, a déclaré le Dr Janowski. “On ne sait jamais dans quoi on met les pieds.”
— -
Rigas ajoute : ne buvez de la javel, c’est pas bon pour le corps et le goût est infect ! Lisez plutôt mes recettes de cuisine.