Publier n’importe quoi, du moment que vous payez

Etrange défense de la publication tutti cuanti en Science. Que je ne cautionne évidemment pas : c’est en fait une illustration et défense d’arguments fascinants, au fond libertariens. Déconnectés des communautés scientifiques et défendant les grandes revues au nom de la qualité scientifique. Ou plutôt demandant que l’analyse de la qualité soit remise aux revues... La publication scientifique serait-elle devenue le talon d’Achille de la recherche ?

Megajournals, megamyths

Posté le 7 février 2018